web analytics

Biographie

Anne-Marie à la remise des prix Éloizes: artiste de l’année en arts visuels 2012. Karine Wade Image

Originaire de Saint-Basile, Nouveau-Brunswick au Canada, Anne-Marie Sirois obtient en 1981 un Baccalauréat en arts visuels de l’Université de Moncton. Assez tôt, elle se découvre une passion: le dessin animé. Ce qui l’amène à suivre des ateliers de formation avec l’Office national du film du Canada (ONF).

En 1985, elle réalise son premier film, Les joies de Noël. Un second film, L’Avertissement, produit par Cinémarévie Coop Ltée d’Edmundston, est lancé en 1986. Ce film remporte la même année un prix de mérite au Festival atlantique du film et de la vidéo d’Halifax. Vient ensuite Maille Maille, produit par l’ONF Studio Acadie, qui lui vaut un prix d’excellence au Festival atlantique du film et de la vidéo d’Halifax (1987), de même qu’un Silver Apple Award au National Educational Film and Video d’Oakland en Californie (1989). À l’été 1996, elle présente au 12e Festival mondial des films d’animation à Zagreb, en Croatie, son film Animastress, (ONF-Moncton, 1994). Joséphine (ONF-Montréal, 2000), inspiré de la chanson éponyme du groupe acadien Zéro Degré Celsius remporte le prix du public au 14e Festival international du cinéma francophone en Acadie. Anne-Marie reçoit en novembre 2000, le prix Éloize de l’artiste de l’année en cinéma-vidéo-télévision, décerné par l’Association acadienne des artistes professionnels du Nouveau-Brunswick.

En 2003, elle réalise son premier film animé expérimental, PSSST, en collaboration avec le percussionniste Michel Deschênes. Ce film fait partie de la programmation de plus d’une trentaine de festivals de films animés et expérimentaux et fait le tour de la planète: Rio de Janeiro, Londres, Zagreb, Barcelone, Melbourne, Ankara, Madrid… Avec PSSST, Anne-Marie remporte en 2004, son deuxième prix Éloize en cinéma-vidéo-télévision.

Également illustratrice et auteure, Anne-Marie a publié trois contes: Le petit chaperon Mauve (1995), Rose Neige et les six nains (2000), et Ma Gribouille tigrée (Bouton d’or Acadie, 2006).

Au printemps 1995, Anne-Marie débute son travail sculptural avec des fers à repasser qu’elle expose dans plusieurs galeries du Nouveau-Brunswick et ailleurs au pays. Ces transformations d’objets sont aussi multiples qu’amusantes. Son livre, Pourquoi 100 fers/ Ironic Irons (2010) documente chacune des 118 créations. Dotée d’une imagination fertile, cette artiste nous propose à travers son travail, un monde à la fois insolite, poétique et ludique, empreint d’humour.